L’architecture, le patrimoine et l’urbanisme comme thèmes de recherche



CINQ MAQUETTES POUR LE FAMILISTÈRE DE GUISE

Ce 31 mars 2010 a donc eu lieu l'ouverture au public de la première tranche des présentations muséographiques installées dans le pavillon central du Familistère de Guise. Projet conçu et réalisé par Catherine Frenak et Béatrice Jullien, architectes muséographes, lauréates du concours de maîtrise d’œuvre organisé en 2006, ces nouvelles présentations comprennent plusieurs maquettes, dont j’ai eu la chance de m’occuper pour la conception et le suivi de réalisation.

Ma participation à ce projet a en fait débuté dès le concours. Béatrice et Catherine m’avaient en effet dès ce stade demandé de leur faire profiter de mon expérience de concepteur de maquette pour celles qui seraient certainement à produire. Le programme prévoyait en effet la réalisation d’une grande maquette analytique du pavillon central, et Béatrice et Catherine pensaient développer le thème « La machine à habiter » en proposant de constituer une collection de maquettes de bâtiments où l’on retrouve certains principes fondateurs du Familistère, comme les Unités d’Habitation de Le Corbusier ou le projet Nemausus de Jean Nouvel à Nîmes. Au stade du concours, tout ceci n’était bien sûr qu’ébauché, mais déjà, l’échelle du 1/33ème semblait s’imposer pour la grande maquette d’ensemble du pavillon central, et le principe était avancé qu’elle soit mobile, en plusieurs parties, pour révéler plus aisément la coupe si caractéristique du bâtiment.
Le concours remporté par Béatrice et Catherine, l’étape suivante de ma mission a été, à l’automne 2007, la préparation des dossiers d’appel d’offre qui devaient servir à choisir la ou les équipes de maquettiste qui serait en charge de la réalisation des maquettes. Entre temps, outre la validation de l’option maquette mobile pour la grande maquette du pavillon central, il avait été décidé que des maquettes de l’Unité d’Habitation de Firminy par Le Corbusier et du Narkomfin à Moscou par Ginzburg, viendraient ébaucher le thème de la « La Machine à habiter ». En outre, deux nouvelles maquettes devaient intégrer les collections, une grande maquette comparative entre le Familistère de Guise et une cité ouvrière contemporaine à Mulhouse d’une part, et une maquette-jeu devant être manipulée par le public dans l’atelier « Construire le Familistère » d’autre part. Ces premiers dossiers furent établis sur la base des documents alors disponibles, sachant que les différents projets de maquettes présentés seraient par la suite repris et affinés sous ma direction en collaboration avec l’équipe de conservation et les maquettistes retenus.

Lancé fin 2007, l’appel d’offre international reçut 5 réponses. Il avait été demandé aux participants de répondre pour l’ensemble des maquettes, car sur un tel projet, il était en effet préférable, pour garder une unité d’approche et d’interprétation, de n’avoir qu’une même équipe de maquettistes pour l’ensemble. Finalement, c’est l’atelier de maquettes de l’Escola Tècnica Superior d'Arquitectura del Vallès à Sant-Cugat-del-Vallès, au nord de Barcelone, qui a été retenu au printemps 2008. Équipe travaillant sous la direction d’Angel Garcia et Laura Baringo, cet atelier est en effet réputé pour la qualité et l’intelligence de leur travail, comme on peut le voir par exemple dans les maquettes qu’ils ont réalisées pour la Cité de l’Architecture et du Patrimoine à Paris ou l’Espace Gaudi à Barcelone.

Le travail effectif de mise au point et fabrication des maquettes n’a débuté véritablement qu’à l’été 2008, sachant que, suivant un planning que j’avais proposé, les maquettistes commenceraient par les maquettes du jeu et celle dite de Mulhouse. Ils devaient en parallèle nous proposer des échantillons pour définir les principes d’interprétation et le niveau de détail possible pour la grande maquette du Pavillon central. L’idée était que les maquettistes commencent par des maquettes relativement simples aux projets déjà très aboutis, pour nous laisser le temps, au conservateur Frédéric Panni et à moi-même, de travailler ensemble à mieux définir la grande maquette, tout en nous apportant, au travers d’échantillons, leur propre regard. Les maquettes du Narkomfin et de Firminy, elles aussi déjà bien définies et plus simples à réaliser, seraient mises en œuvre dans un second temps.

C’est suivant cette organisation que je vous propose de vous présenter ces maquettes dans les semaines qui viennent. En attendant, voici quelques premiers éléments.


Maquette-Jeu "Construire Le Familistère"
voir aussi

Maquette comparative Guise / Mulhouse

Maquette analytique du Pavillon Central


Maquette du Narkomfin de Ginzburg à Moscou
voir aussi

Maquette de l'Unité d'Habitation de Le Corbusier à Firminy


La journée du 31 mars 2010 en images

Un article de DA sur le Familistère de Guise

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire